Le dépistage précoce du cancer

Espace Pro Pro Annuaire Annuaire Prendre rendez-vous RDV Accès au Centre Accès Patients étrangers International

Le dépistage permet un diagnostic précoce des cancers, avant même l’apparition des premiers symptômes. Il consiste à détecter des lésions avant qu’elles ne deviennent cancéreuses (lésions précancéreuses) ou des cancers, les plus petits et au stade le plus précoce possible. Les traitements sont ainsi moins invasifs et la qualité de vie est plus préservée.

Pourquoi dois-je me faire dépister ?

Sur le plan de la santé publique, le dépistage s’adresse à toute la population. Vous faire dépister, c’est participer à une action efficace de santé publique.

Sur le plan personnel il s’agit surtout d’améliorer considérablement vos chances personnelles en cas de découverte d’un cancer.

Quels cancers sont concernés par le dépistage ?

Tous les cancers ne sont pas dépistés car plusieurs critères sont nécessaires pour proposer un dépistage.
Ces critères concernent :

  • la maladie elle-même : il faut qu’elle soit fréquente et entraîne une mortalité importante, mais aussi qu’elle soit détectable à un stade auquel elle peut être soignée ;
  • la performance des tests de dépistage et leur caractère faiblement invasif ;
  • l’existence de traitements efficaces pour ce type de cancer.

Deux aspects du dépistage :

  • le  dépistage individuel est fait  suite à une demande personnelle ou aux recommandations d’un médecin, notamment en cas de prédisposition familiale suspectée ou avérée (augmentation du risque de cancer dans la famille).
  • le dépistage organisé concerne  une tranche particulière de la population et un certain type de cancer.

Comment se passent les dépistages organisés ?

En France, trois programmes nationaux de dépistage organisé sont mis en œuvre.
Celui  du :

  • Cancer du sein,
  • Cancer colo-rectal, 
  • Cancer du col de l’utérus.

Pour le cancer du sein : Tous les deux ans, les femmes entre 50 et 74 ans reçoive un un courrier d’invitation pour la réalisation d’une mammographie (examen radiologique) et d’un examen clinique chez un radiologue agréé.

Pour le cancer colorectal : Tous les deux ans, les personnes âgées de 50 à 74 ans sont invitées à réaliser un test immunologique sur un prélèvement de selles, qui permet de détecter des traces de sang invisibles à l’œil nu.

Pour le cancer du col de l’utérus : Tous les trois ans,  les femmes entre 25 à 65 ans font réaliser un frottis de dépistage par leur médecin traitant ou leur gynécologue. Ce prélèvement consiste à prélever des cellules au niveau du col afin de déceler la présence de virus ou de cellules anormales.

En l’absence de dépistage organisé, que dois-je surveiller ?

Certains types de cancer, comme les cancers de la peau, ne sont pas accessibles à un programme de dépistage organisé mais peuvent quand même être détectés de façon précoce.

Soyez attentifs ! Certains signes d’alerte doivent vous inciter à consulter votre médecin. La détection précoce d’un cancer repose également sur votre sensibilisation à la reconnaissance de ces  « signes d’alerte ».

Attention : LE PLUS EFFICACE RESTE LA PREVENTION !

En France, 4 cancers sur 10 seraient évitables si nous adaptons nos modes de vie ; les conseils pour limiter son risque d’avoir un cancer, sont :

Il peut s’agir, par exemple, de :

  • fatigue intense et durable ;
  • amaigrissement ;
  • grosseur qui ne diminue pas, quel qu’en soit l’endroit ;
  • modification de la voix, persistance d’une voix enrouée ou de toux ;
  • pertes de sang en dehors des règles ou après la ménopause ;
  • petite plaie persistante ;
  • évolution de l’aspect d’un grain de beauté.

Ces signes d’alerte ne signifient pas forcément que vous êtes atteint d’un cancer ; toutefois, leur survenue et leur persistance doivent vous motiver à consulter votre médecin.

  • ne pas fumer,
  • ne pas avoir une consommation excessive d’alcool (moins de 10 verres/semaine et 2 verres/jour avec au moins 2 jours/semaine sans consommation d’alcool).
  • lutter contre la prise de poids,
  • manger équilibré ;
  • avoir une activité physique régulière,
  • Limiter l’exposition au soleil : très important chez les jeunes enfants, mais aussi à l’âge adulte (pas d’expositon intempestive entre 12h00 et 16h00, écran total sur tout le corps toutes les 2 heures notamment).
  • Avoir des rapports sexuels protégés pour lutter contre les maladies sexuellement  transmissibles.
  • Faire vacciner les adolescents contre le virus HPV.

L’Institut National du Cancer propose un quiz pouvant vous aider à mettre en place des actions de prévention :

Quiz ‘Prévention Cancer’ en 3 min
www.e-cancer.fr/prevention-cancers-le-test
Page précédente Sommaire Page suivante
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt