Accueil Actualités Tabac : les 9 préjugés les plus répandus...

Tabac : les 9 préjugés les plus répandus…

27 Mai. 2021

Tabac
journée mondiale sans tabac
Espace Pro Pro Annuaire Annuaire Prendre rendez-vous RDV Accès au Centre Accès Patients étrangers International

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac le 31 mai, l’Espace de Rencontres et d’Information (ERI) du Centre François Baclesse vous propose de combattre les 9 préjugés les plus répandus sur le tabac et son arrêt.

1- Je ne fume que 5 cigarettes par jour, c’est inoffensif pour ma santé.
+

C’est FAUX !

Il n’y a pas de « petit » tabagisme. En ce qui concerne le cancer, la notion de durée du tabagisme est beaucoup plus importante que celle du nombre de cigarettes fumées par jour.
Le risque de décès par infarctus du myocarde est de 2 à 3 fois plus important chez les fumeurs de une à quatre cigarettes que chez le non-fumeur.

2- Je ne fume que des cigarettes légères, c’est moins nocif.
+

C’est FAUX !

Même si les appellations light ou ultra light ne sont plus autorisées depuis plusieurs années, ne vous laissez pas abuser par les subterfuges marketing de l’industrie cigarettière.
En fumant ces cigarettes dites light, vous êtes amenés à tirer plus intensément dessus pour avoir votre dose de nicotine.
Vous inhalez alors plus profondément la fumée artificiellement adoucie. Les cigarettes light comportent des risques particuliers, avec une augmentation du risque d’adénocarcinome, forme de cancer du poumon rare auparavant.

3- Je ne fume jamais de cigarettes manufacturées car le tabac à rouler est moins toxique.
+

C’est FAUX !

La fumée du tabac à rouler est en moyenne quatre fois plus nocive que celle des cigarettes industrielles. À poids égal, son rendement théorique en goudrons est trois à six fois plus élevé que celui des cigarettes manufacturées.

4- Je fume depuis trop longtemps, il est trop tard pour arrêter.
+

C’est FAUX !

Il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer.
Arrêter même tardivement, même âgé, même malade réduit immédiatement le risque d’infarctus ou d’accident vasculaire et réduit à long terme le risque de cancer.

5- C’est la nicotine qui est responsable du cancer du poumon.
+

C’est FAUX !

La nicotine est une substance qui se révèle peu toxique chez le fumeur et non cancérogène. En revanche, elle induit une dépendance en multipliant les récepteurs nicotiniques et en libérant davantage de dopamine (hormone du plaisir) dans la région du cerveau qui participe au circuit de récompense. Ce sont d’autres polluants parmi les cinquante substances de la fumée du tabac qui sont responsables du cancer du poumon.

6- Je suis enceinte, je ne peux pas utiliser de substituts nicotiniques.
+

C’est FAUX !

C’est la fumée de cigarette qui est dangereuse pendant la grossesse pour votre santé et celle de votre enfant.
L’idéal si vous êtes enceinte est l’arrêt total de toute consommation de tabac sans substituts nicotiniques.
Si vous ne pouvez pas arrêter seule, demandez conseil à votre médecin sur le dosage et l’utilisation des substituts nicotiniques pendant votre grossesse.

7- Si j’arrête de fumer, je vais automatiquement prendre 10 Kg.
+

C’est FAUX !

La nicotine agit comme un coupe-faim et, à l’arrêt du tabac, un rattrapage du sous-poids dû au tabagisme se produit naturellement.
Une prise de poids ( 2 à 3 kg en moyenne) peut se produire. Ce n’est que dans des cas extrêmes d’arrêt; le plus souvent non aidé qu’une prise de poids importante peut survenir.
Elle peut être contrôlée par un comportement alimentaire adapté.
Demandez conseil à votre tabacologue. Notez cependant que 30% des fumeurs ne prennent pas de poids en arrêtant de fumer. Il arrive même que quelques-uns en perdent!

8- Fumer diminue mon stress.
+

C’est FAUX !

Si vous avez l’impression que fumer calme votre stress, chaque cigarette réactive et multiplie vos récepteurs à la nicotine et prépare ainsi un nouveau manque dans la demi-heure ou l’heure qui suit, source d’un nouveau stress.

9- Les patchs sont dangereux pour le coeur.
+

C’est FAUX !

Il n’y a pas de contre-indication à l’utilisation des substituts nicotiniques même si vous avez une maladie cardiovasculaire (infarctus, artérite, hypertension).
Les rares désagréments des patchs sont sans commune mesure avec les dangers de la cigarette. Les substituts nicotiniques vous aideront à augmenter vos chances de réussite.
Votre médecin vous conseillera sur le dosage et la mise en pratique du traitement.

Vous avez d’autres questions ?

Posez-les en direct, lundi 31 mai de 14h à 15h, à Sandrine ROUSSEAUX, infirmière spécialisée en tabacologie au Centre François Baclesse, lors de notre Facebook Live sur la thématique “Tabac : Pourquoi et comment arrêter ?https://fb.me/e/XpW7IDQY

Ou contactez l’Espace de Rencontres et d’Information du Centre François Baclesse.

Partager cette page
Covid-19: Savez-vous dans quels cas vous devez vous isoler? Sommaire Plus 25 % de vélotaffeurs au Centre François Baclesse depuis la pandémie
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt