Accueil Actualités Baclesse lance une étude sur la période de rétablissement après un cancer gynécologique

Baclesse lance une étude sur la période de rétablissement après un cancer gynécologique

1 Fév. 2024

Recherche
Photo de patientes se promenant dans la forêt
Espace professionnels de santé Pro Annuaire Annuaire RDV RDV Accès au Centre Accès

Plus de 50% des patientes sont concernées par des effets secondaires à long terme des traitements dans les cancers gynéco-pelviens (ovaire, endomètre). Proposer des solutions à ces patientes est un objectif primordial à poursuivre pour le Centre Baclesse.

La liste est longue : fatigue, douleurs, troubles du sommeil, troubles digestifs, anxiété et dépression, lymphœdème, difficultés sexuelles… Avec l’augmentation du nombre de patientes en longue rémission après des traitements pour un cancer gynéco-pelvien (ovaires, endomètre), le dépistage et la prise en charge de ses séquelles sont primordiaux afin d’améliorer leur qualité de vie. Pour optimiser l’accompagnement des patientes en phase de rétablissement après un cancer de l’ovaire ou de l’endomètre, il est nécessaire d’évaluer les séquelles et les besoins en soins de supports (SOS) dès la fin des traitements initiaux avec une approche pluridisciplinaire.

C’est pourquoi le Centre François Baclesse a débuté en janvier 2023, une nouvelle étude intitulée « AFTERGYN Pilote » dont le but est d’optimiser l’accompagnement des patientes dans les cancers gynécologiques par des soins de support adaptés dans la période de rétablissement après cancer. Cette étude est avant tout un travail d’équipe réunissant l’expertise de différents professionnels de santé tels que Priscille Lebon, Infirmière en Pratique Avancée (IPA), les infirmiers du parcours gynéco, le service des soins de supports, la curiethérapie et la recherche en soins.

L’objectif ?

L’objectif est de mesurer l’impact de consultations d’évaluation de besoin en soins de support, à la fin des traitements, et d’évaluer leur mise en place 4 mois après la remise du Plan personnalisé après cancer (PPAC), chez les patientes en fin de traitement d’un cancer de l’ovaire ou de l’endomètre. Ces consultations se dérouleront dans le cadre d’une Hospitalisation de Jour (HDJ) qui permettra aux patientes de rencontrer les différents professionnels de santé pouvant les orienter sur une même journée, y compris vers des professionnels adaptés au plus près de leur domicile. .

Grâce à cet accompagnement personnalisé, l’équipe espère pouvoir améliorer la prise en charge et avant tout la qualité de vie de ces patientes.

Le PPAC, c’est quoi ?

L’après cancer est la dernière étape du parcours : revenir à un quotidien moins médicalisé, s’engager dans de nouveaux projets, reprendre le travail… Tout cela nécessite une prise en charge personnalisée et un soutien. Le patient sort de la phase curative pour passer à la phase de surveillance. Le PPAC (Plan Personnalisé Après Cancer) est un document remis au patient à la fin de cette phase curative, comportant des propositions pour une surveillance médicale alternée entre le médecin traitant et l’oncologue. D’autres professionnels hors établissement de soin prennent aussi le relai, via des réseaux comme Oncodiet (pour le suivi nutritionnel), IMAPAC pour l’activité physique, les associations…

Les perspectives

Cette étude est pour le moment réalisée uniquement au Centre François Baclesse mais une seconde phase nationale est prévue au premier semestre 2024. En cas de résultats positifs de la première phase, un déploiement sur d’autres localisations cancéreuses pourrait également être envisagé.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l’équipe du projet AFTERGYN au 0231454043.

Date de publication :
Date de dernière mise à jour :
Partager cette page
Les hockeyeurs caennais remettent 6 387 € à Baclesse Sommaire Baclesse s’abonne à l’artothèque de Caen
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt