Accueil Actualités Infirmier en pratiques avancées : un nouveau métier au Centre Baclesse

Infirmier en pratiques avancées : un nouveau métier au Centre Baclesse

12 Mai. 2022

Information
Portrait de Céline Ory, infirmière en pratiques avancées à Baclesse
Espace professionnels de santé Pro Annuaire Annuaire RDV RDV Accès au Centre Accès Patients étrangers Etrangers

Infirmier en Pratiques Avancées (IPA) est un tout nouveau métier méconnu qui, pourtant, se développe de plus en plus au sein de plusieurs spécialités médicales, dont l’oncologie-hématologie.

Valorisé en 2019 par un diplôme d’état de grade master 2, cet emploi est accessible à tout infirmier détenteur de ce master et ayant au minimum 3 ans d’expérience professionnelle en tant qu’infirmier.

L’IPA agit sous un protocole d’organisation strict et précis qui permet de connaître son champ d’action et ses limites. Il exerce une activité d’orientation, d’éducation, de prévention ou de dépistage auprès des patients. Les nouveautés ? Il effectue également des examens et soins cliniques, prescrit des médicaments et dispositifs médicaux, de même que des examens de biologie médicale et d’imagerie. Il renouvelle et adapte aussi les prescriptions médicales.

Évolution de carrière, acquisition de nouvelles expertises, problématique de pénurie médicale…, nombreuses sont les raisons qui poussent les infirmiers à devenir IPA.

Au Centre Baclesse, Céline ORY, anciennement infirmière en hospitalisation d’oncologie médicale de semaine, est devenue IPA en Hôpital de jour d’oncologie en 2019.

Nous lui avons demandé de nous expliquer ses missions et ce qu’elle apprécie dans ce métier :

« Quotidiennement, je prends en charge les patients de toutes pathologies confondues (sauf cérébrales). Ma mission est d’assurer un suivi du patient en collaboration et de façon alternée avec l’oncologue. Ce suivi repose sur des consultations de 30 minutes permettant d’évaluer cliniquement la tolérance au traitement. Préalablement, j’analyse les bilans biologiques et si possible, je prescris les traitements oncologiques (certaines chimiothérapies, immunothérapies, thérapies ciblées) que je suis autorisée à prescrire en lien avec mon protocole d’organisation. Je m’occupe de la gestion des dossiers, je vérifie les rendez-vous. La consultation est un vrai moment d’échanges, c’est l’occasion pour le patient de s’exprimer librement. Parfois, le patient n’ose pas poser certaines questions au médecin, il ose plus facilement me demander, il sait que j’ai plus de temps à lui consacrer. Si je n’ai pas les réponses, je me réfère à son oncologue référent. J’essaie de lui donner des conseils, des petites astuces quand cela est possible. Ce qui me motive au quotidien ? C’est la reconnaissance que les patients ont envers moi et également la possibilité de mener mes actions en autonomie afin de répondre à leurs besoins et attentes ».

À son arrivée, certains médecins étaient réticents. En effet, il y avait un sentiment d’incertitude provoqué par le manque d’expertise, les nouvelles responsabilités et également le fait qu’il n’y avait pas encore d’exemples en France sur lesquels s’appuyer. Mais Céline ORY a eu la chance d’être accompagnée par un médecin d’astreinte, qui l’a beaucoup aiguillée et conseillée. Par conséquent, elle a su trouver sa place entre les médecins et les infirmiers. Audrey FAVEYRIAL, oncologue médicale et responsable de l’Hôpital de jour d’oncologie acquiesce : « Aujourd’hui Céline ORY fait partie intégrante de l’organisation et a une vraie proximité avec l’équipe médicale ».
Selon le Dr Audrey FAVEYRIAL, « la personnalité de l’IPA est très importante afin de mettre en place une véritable collaboration avec les médecins et ainsi aider à prendre en charge les patients dans des délais optimaux, libérer du temps médical et renforcer la pluridisciplinarité et la communication entre les différents professionnels du service ».

Céline Ory et Audrey Faveyrial devant l'entrée de l'Hôpital de Jour d'Oncologie de Baclesse
Dr Audrey FAVEYRIAL, oncologue médicale responsable de l’Hôpital de jour d’oncologie, et Céline ORY, infirmière en pratiques avancées

L’IPA est donc devenu un véritable élément clé pour sécuriser la prise en charge du patient. C’est pourquoi, tous les Centres de lutte contre le cancer du réseau Unicancer ont au moins un IPA dans leur établissement. Cette nouvelle profession, qui est une vraie évolution du métier d’infirmer, est vouée à se développer au sein du Centre Baclesse.

Date de publication :
Date de dernière mise à jour :
Partager cette page
Les apprentis coiffeurs du CIFAC de Caen se mobilisent pour les soins de support Sommaire Réunion du consortium international AGRICOH au Centre Baclesse du 6 au 8 juillet 2022
Search
Generic filters
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in excerpt